vendredi 18 novembre 2016

Le trouble anxieux généralisé


Vous avez conscience que, face aux problèmes de la vie, votre niveau d'anxiété est plus élevé que celui de la plupart des gens.
Vous appréhendez l'avenir de manière intense et inquiète, et vous imaginez facilement le pire.
Vous somatisez, avez du mal à dormir, à vous concentrer ; peut-être souffrez-vous de maux de tête, d'irritabilité, de tensions musculaires, de maux de ventre. Vous n'arrivez jamais à vous détendre totalement. Vous ressassez.
Vous prenez conscience que vous retenez souvent votre respiration.
Vous n'êtes pas phobique d'une situation particulière, mais souffrez plutôt d'une anxiété générale. Vous voyez le verre à moitié vide et repérez tout ce qui peut mal tourner.
Vous avez du mal à vous réjouir pleinement, même lorsque quelque chose d'objectivement bien vous arrive. 
Et surtout, vous avez observé au fil du temps que votre angoisse est disproportionnée avec les évènements réels.
C'est ce que l'on nomme "trouble anxieux généralisé".
Le trouble anxieux généralisé peut polluer vos relations et vos projets d'avenir, dans la mesure où il vous fige. Avancer, changer, vous adapter à une situation nouvelle, vous semblent insurmontables.

Quelles en sont les causes ?
Les causes sont toujours personnelles et peuvent difficilement être généralisées. Elles sont souvent multifactorielles.
On peut trouver un déséquilibre hormonal, des facteurs héréditaires, des déséquilibres alimentaires (manque de vitamines et oligo-éléments). 
D'un point de vue psychique, on peut avoir vécu des traumatismes qui ont depuis lors entraîné une déstabilisation et une perte de la confiance en soi. On peut avoir été élevé dans une ambiance psychique d'anxiété et avoir donc "appris" ce mode de fonctionnement. Le trouble peut s'être installé lors des études, ou toute autre situation qui pourrait avoir induit une angoisse de performance. Parfois l'anxiété est très ancienne et date de la relation mère-enfant où le lien n'a pas été suffisamment rassurant. On peut aussi avoir vécu un deuil marquant, la perte d'un membre essentiel (affectivement) de la famille. Le mode éducatif peut avoir déclenché l'anxiété. Un milieu familial très perturbé aussi.  Un abus sexuel. Les causes sont ainsi liées au vécu le plus intime.
Parfois la personne ignore même ce qui la rend anxieuse.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire